Vous êtes ici : Accueil | | 14ème séminaire Fratel à Abidjan/8 et 9 mai 2017/Quelle régulation pour la promotion d’un internet ouvert ?

14ème séminaire Fratel à Abidjan/8 et 9 mai 2017/Quelle régulation pour la promotion d’un internet ouvert ?

10 mai 2017

À l’invitation de l’Autorité de Régulation des Télécommunications-TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI), le 14ème  séminaire de FRATEL sur «Quelle régulation pour la promotion d’un internet ouvert ? » a réuni à Abidjan, les 8 et 9 mai 2017, plus de 110 participants représentant 20 membres du réseau francophone de la régulation des télécommunications, des institutions internationales et institutions publiques (AFRINIC, GSMA, ICANN, OIF,…) et des acteurs du secteur (opérateurs, fournisseurs de contenus, cabinets d’avocat et consultants).

La réunion s’est déroulée selon le programme suivant :

Allocution d’ouverture :

 

Table ronde 1 – Quelle régulation pour soutenir l’accès à l’internet fixe ou mobile ?

Président : Mme Françoise LÉGERET, collaboratrice scientifique de l’OFCOM suisse

 Exposé introductif : M. Vincent ROGER-MACHART, directeur de projets chez ICEA

 Témoignages :

 

Table ronde 2 –  Quels outils réglementaires à disposition des régulateurs pour garantir la neutralité de l’internet ? 

Président : M. Kalidou GAYE, Directeur des Affaires Juridiques et Contentieuses de l’ARTP du Sénégal

Exposé introductif : Mme Elisabeth COTTE, avocate associée chez Clarity Conseil

Témoignages :

 

Table ronde 3 – Quid des enjeux relatifs au fonctionnement technique de l’internet et à la qualité des relations entre les acteurs ?

Président : M. Philippe KOUAMĖ, Directeur de la confiance numérique et de la sécurité des réseaux de l’ARTCI de Côte d’Ivoire

Exposé introductif : M. Emmanuel V. ADJOVI, Responsable du programme « Société de l’Information » à l’OIF

 Témoignages :

Formations

Regnum

 

La prochaine réunion annuelle se tiendra à Bruxelles, en Belgique, les 23 et 24 novembre 2017  sur « Quels impacts du nouvel écosystème numérique sur le marché des communications électroniques et sur les autres secteurs d’activité ? ».